L'épreuve est beaucoup plus sombre que l'image sur mon écran. Pourquoi ?

Les clients sont souvent inquiets lorsqu'ils ont une épreuve entre les mains. "L'épreuve de l'image est beaucoup plus sombre que l'image sur mon écran. Pourquoi est-ce ainsi ? Que dois-je faire maintenant ?" Il y a de nombreuses raisons possibles à une différence entre l'épreuve et, par exemple, l'affichage du moniteur : Le moniteur n'est pas calibré Seuls les moniteurs calibrés peuvent afficher les couleurs avec précision. Si j'achète un moniteur bon marché et que je le connecte à ...

Lire la suite

Simulation papier blanc de PSOUncoated

Depuis 2009, PSOUncoated est le profil standard en vigueur pour le papier naturel non couché. Néanmoins, les prestataires de services d'épreuvage sont souvent confrontés au problème suivant : au premier coup d'œil, les épreuves sur PSOUncoated sont souvent très différentes du résultat imprimé. Immédiatement visible : le point blanc du papier. Le blanc du papier PSOUncoated semble très grisâtre. Si, par exemple, on projette du PSOUncoated sur un papier EFI 9120 XF qui, en tant que papier, a en fait une coloration blanche neutre, l'imprimante doit alors recolorer le papier en ce qui concerne le blanc du papier. En ...

Lire la suite

D50 n'est pas égal à D50 : l'éclairage normalisé et la norme ISO3664:2009

Depuis 2009, les imprimeurs et les prestataires de services d'épreuvage rencontrent de plus en plus souvent une nouvelle norme de lumière D50 : la norme ISO 3664:2009. Cette norme définit à quoi ressemble la nouvelle lumière standard D50 sous laquelle les épreuves et les produits imprimés sont harmonisés. Et une nouveauté saute aux yeux lors de l'échantillonnage : la nouvelle lumière standard contient des UV qui ciblent les azurants optiques souvent utilisés dans les papiers offset. Résultat : dans la salle d'impression, une épreuve jaunâtre et terne côtoie une feuille d'impression blanc bleuté. ...

Lire la suite

Lumière normale et effet de métamérisme

n'est jamais aussi bon que l'éclairage sous lequel il est observé. Se contenter d'aller à la fenêtre ou d'allumer la lumière au crépuscule ne sert à rien : à la fenêtre, entre décembre et juillet, entre 8 heures du matin et 8 heures du soir, entre un temps nuageux et un temps ensoleillé, il y a une énorme différence d'éclairage qui rend impossible toute appréciation des couleurs. Et si l'on allume la lumière, on allume en général une ampoule de 2700

Lire la suite

Consentement au cookie GDPR avec bannière Real Cookie