Épreuve à bas prix. Qu'est-ce que cela signifie ?

Épreuve à bas prix est un terme de recherche typique que les gens utilisent dans les moteurs de recherche pour trouver un produit bon marché, de couleur et juridiquement contraignant. Proof chercher. Mais

Qu'est-ce qui rend l'"épreuve bon marché" ?

Une épreuve est considérée comme produite conformément aux exigences de la dernière révision de la norme d'épreuvage ISO 12467-7 et dans les limites de tolérance de cette norme. La révision actuelle est la suivante ISO 12647-7:2016. Les tolérances ont encore été resserrées par cette norme, qui ajoute une édition certifiée de Couleur spécialen comme PANTONE et HKS complétée.

Vous pouvez commander de telles épreuves certifiées sur shop.proof.fr pour tous les profils d'épreuves.

Mais qu'est-ce qui rend l'épreuve certifiée bon marché ? Eh bien, son prix avantageux. Épreuves sont produits sur des supports de très haute qualité Pigment-Les épreuves sont imprimées sur des papiers certifiés à l'aide d'imprimantes à jet d'encre et d'un logiciel d'épreuvage généralement coûteux, puis imprimées à l'aide d'une imprimante à jet d'encre. Spectrophotomètren est mesuré. Comment produire à moindre coût ?

1. utiliser une encre pigmentée bon marché ?

Un litre d'encre pour imprimante d'épreuves coûte environ 400 euros, il est donc logique d'utiliser des encres alternatives bon marché fabriquées en Chine. Le problème, c'est qu'il n'existe pas de fabricant - en Chine ou ailleurs - qui produise des encres vraiment presque identiques en termes de couleur de pigment et de composition spectrale. J'ai appelé un fabricant qui prétendait que ses encres - déjà très chères - pouvaient être utilisées pour la reprographie. Lorsque j'ai posé la question, il m'a répondu : "Non, non, c'est juste pour la publicité, mais je ne le ferais évidemment jamais ni ne le recommanderais, et je ne connais personne qui le fasse". En ce qui concerne les encres chinoises, il a déclaré : "Vous pouvez les obtenir à partir de 20 euros le litre, mais vous recevez une encre différente à chaque livraison, en fonction de l'endroit où le grossiste s'approvisionne. Ensuite, ils doivent à chaque fois remesurer le proofer... vous pouvez complètement oublier cela". De plus, le remplacement d'une tête d'impression bouchée coûte environ 2 500 euros, le risque est donc trop élevé. Une véritable épreuve provient donc exclusivement d'une encre originale, justement très chère.

2 : Utiliser un logiciel bon marché ?

GMG ColorProof, EFI Fiery XF et ORIS Color Tuner ne sont que quelques-unes des principales solutions d'épreuvage du marché. Toutes ont un point commun : les logiciels d'épreuvage sont plutôt des logiciels de niche, le travail de programmation est donc très élevé par rapport aux chiffres de vente. Selon la taille du périphérique de sortie et l'étendue des fonctions en matière de vérification, de représentation des couleurs spéciales ou d'épreuvage sur des matériaux spéciaux tels que des films transparents, etc., le logiciel coûte entre 5 000 et 10 000 euros, voire beaucoup plus s'il est associé à d'autres logiciels de GMG ou Colorlogic. Il existe également quelques solutions bon marché, mais elles ne jouent généralement aucun rôle dans l'épreuvage professionnel, soit parce qu'elles ne sont pas multipostes, soit parce qu'il leur manque des fonctions importantes comme les bibliothèques de couleurs spéciales, etc.

3. utiliser des papiers d'épreuves bon marché ?

Il existe effectivement un certain potentiel d'économies dans ce domaine : les grands fabricants comme GMG et EFI proposent bien sûr leurs propres papiers, qui sont par exemple parfaitement implémentés dans le logiciel de GMG, car cela offre naturellement la possibilité de réaliser des recettes supplémentaires et durables par la vente de papiers. Mais il existe aujourd'hui de nombreux fournisseurs alternatifs qui offrent également Fogra-Nous pouvons proposer des papiers d'épreuves certifiés à des prix parfois inférieurs à 30%. Vous pouvez également économiser sur la "qualité" du papier, c'est-à-dire sur le grammage, en remplaçant un papier de 245 gr/m2 par un papier de 190 gr/m2 ou en utilisant une surface moins chère, mais qui est aussi sensiblement moins chère au toucher et à l'aspect au premier coup d'œil.

4. utiliser des imprimantes d'épreuves et des équipements de mesure moins chers ?

Il n'y a pas vraiment de possibilités d'économies dans ce domaine. Les deux principaux fabricants EPSON et CANON se font peu de cadeaux en termes de prix, et les modèles d'imprimantes moins chers à base de colorants au lieu de pigments dans l'encre ne permettent pas d'obtenir des épreuves satisfaisantes et durables, car d'une part, la coloration des encres à pigments n'est pas atteinte et, d'autre part, les impressions se décolorent beaucoup plus rapidement et perdent plus vite leur couleur d'origine à la lumière.
Même en ce qui concerne les instruments de mesure, il n'y a pas vraiment d'alternative aux leaders du marché que sont X-Rite et Konica-Minolta. bon marché Colorimètree ne sont principalement que Colorimètre et aucune Spectrophotomètre et présentent des tolérances élevées entre les différentes mesures et les instruments de mesure. Il n'y a donc pas de réel potentiel d'économies dans ce domaine non plus.

Conclusion : qu'est-ce qui fait que l'épreuve est bon marché ?

Dans le cadre des quatre paramètres encre, logiciel, papier d'épreuve, imprimante et technique de mesure, il n'est possible d'économiser que sur le papier. Mais si nous fixons les coûts des domaines supérieurs à 25% du produit final, une économie de papier de 30% sur l'épreuve finale ne serait plus que de 7,5% ... et donc pas très importante. Mais s'il faut faire des concessions sur la surface et le grammage du papier, et si l'épreuve finale devient ainsi "moins chère" en apparence, alors toute économie est un mauvais service. En effet, les commanditaires d'épreuves - imprimeurs, agences, designers et photographes - transmettent généralement les épreuves à leurs clients, qui évaluent la qualité d'une retouche, d'une mise en page, d'une correction de couleur ou d'une photo sur la base de l'épreuve. Une impression bon marché ou de moindre qualité serait dans tous les cas fatale pour le client des épreuves.

Une bonne épreuve est un "produit manufacturé

Mais une "vraie bonne" épreuve n'est pas la somme de l'encre, du papier, du logiciel et du matériel. Une bonne épreuve est toujours le résultat d'une expertise, d'un soin, d'une méticulosité et d'un œil et d'une oreille exercés. 

Lorsque l'on parle d'épreuves, il ne faut pas oublier les personnes qui les produisent : Des spécialistes, des gens bruts, des gens qui ont des angles, mais aussi une passion pour ce qu'ils produisent avec tout leur engagement : Proofs.

Dans notre quotidien, cela commence par la sonnerie du téléphone : Nous devons être capables d'écouter, de comprendre les problèmes, de faire des propositions, d'écouter à nouveau, d'analyser les procédures... bref, nous devons être compétents dans les domaines où surviennent les difficultés et les problèmes de nos clients d'épreuves.

Nous devons être capables de concevoir, de mettre en page, de photographier et de retoucher pour pouvoir discuter avec des maquettistes, des designers, des photographes et des retoucheurs et comprendre leurs réglages et paramètres logiciels. Nous devons comprendre et avoir vu suffisamment de choses sur l'impression pour pouvoir connaître et comprendre les difficultés typiques rencontrées par les imprimeurs. Nous devons également être en mesure de comprendre les problèmes et de donner des suggestions.

Nous devons connaître les différences entre PDF/X-1a, PDF/X-3 et PDF/X-4 et être en mesure de peser les avantages et les inconvénients. Nous devons être en mesure de comprendre et d'expliquer les problèmes de PANTONE et les difficultés qui en résultent pour la représentation des couleurs PANTONE pour l'impression et l'épreuvage des tons directs.

Nous devons maîtriser notre logiciel d'épreuvage et être en mesure d'identifier les problèmes potentiels s'il ne veut pas mesurer à nouveau après une mise à jour, s'il ignore des travaux, s'il produit des couleurs d'accompagnement incorrectes ou s'il veut comprendre le même fichier à un moment et ne pas le comprendre à un autre.

Enfin, nous devons couper manuellement toutes les pages au bon endroit, les emballer, coller la bonne étiquette sur le bon carton, joindre la bonne facture ou l'envoyer à la bonne adresse e-mail, avoir en tête les bonnes solutions de contournement pour que les épreuves puissent être envoyées de manière neutre avec l'un ou l'autre transporteur, imprimer les bons de livraison et, si le temps presse, envoyer une épreuve au chauffeur UPS et l'autre à la base DHL.

Nos épreuves sont un produit manufacturé. Avec la main, avec la passion, avec l'esprit. Le moins souvent possible avec des erreurs, mais cela arrive aussi. Mais toujours avec un grand engagement. Il n'est donc pas étonnant que nous n'ayons pas accepté de compromis pour nos papiers d'épreuves. Nous proofen sur ce que nous considérons comme les meilleurs papiers. Et pas sur le moins cher que nous pouvions obtenir. Pour vous. Pour nous, bien sûr. Pour notre tranquillité d'esprit :-). La manufacture, tout simplement.

Plus d'articles sur le sujet :

Laissez un commentaire

Consentement au cookie GDPR avec bannière Real Cookie