Examen final de concepteur de médias 2013 : problèmes d'épreuves CMJN plus HKS 37 K

Dans toute l'Allemagne, les apprentis concepteurs de médias numériques et imprimés passent leurs examens finaux dans le domaine de l'impression. Cette année, l'épreuve prévoit une retouche d'image d'un CMYK de la couleur du chemisier, qui passe du blanc au noir. HKS 37 K doit être modifié. En soi, il s'agit d'un bon cahier des charges, qui place les futurs concepteurs de médias devant une tâche réalisable et de qualité.

Depuis 2010, les examens finaux doivent être effectués en même temps que le Fogra Cale média 2.0 soit en tant que couleur fixe Proof ou bien le candidat doit se présenter à l'examen selon le ONAFTS (Comité professionnel central de l'impression et des médias) "de s'assurer que le périphérique de sortie est correctement calibré en fonction de l'appareil avant d'éditer son travail d'examen", ce que pratiquement aucun candidat ne peut faire de manière réaliste. C'est ainsi que chaque année, les travaux de fin d'études des apprentis concepteurs de médias se retrouvent dans des studios de reprographie et chez des prestataires de services d'épreuves, où ils sont soumis à une épreuve professionnelle.

Vous trouverez ici le texte des exigences de l'ONAFTS en matière d'épreuves pour les examens finaux.

Cette année, pour la première fois, l'examen final des concepteurs de médias n'exige pas des données en CMJN, mais des données en cinq couleurs en CMJN plus HKS 37 K. Un point particulièrement critique : le HKS 37 K doit être intégré comme couleur de tissu dans une image CMYK et transformer un chemisier blanc en HKS 37.

Le problème : les couleurs d'accompagnement ne peuvent pas être échantillonnées ou seulement de manière limitée. Pourquoi ?

  • Plus anciens Épreuvesystemes ne peuvent être qu'en CMJN, et non pas en Couleur spécialen comme HKS ou Pantone proofen. Ces systèmes d'épreuves simulent parfois la couleur d'accompagnement en CMJN, mais le résultat est un produit purement aléatoire qui reste principalement en CMJN. Espace colorimétrique mais en aucun cas une couleur fiable ou contraignante. Couleur des bijoux.
  • De nouveaux systèmes d'épreuves comme EFI Colorproof XF ou GMG Colorproof peut traiter les couleurs d'accompagnement et afficher des fichiers 5 couleurs..
    Mais : les fabricants n'ont toujours déposé que la valeur chromatique 100% de la couleur d'accompagnement. Un logo dans un aplat HKS 37 K est donc relativement facile à représenter. Une image pixel haute résolution en 5 couleurs, dans laquelle les dégradés doux en CMJN se transforment en aplats de couleurs spéciales et en dégradés de couleurs spéciales, sera cependant toujours accompagnée de RIPle processeur d'images tramées du système d'épreuves. Il en résulte des erreurs d'épreuvage dramatiques, même sur les systèmes d'épreuves les plus modernes.

Un exemple d'épreuve pour l'examen final de concepteur de médias 2013 :

Capture d'écran 2013-06-03 à 22.54.16Capture d'écran 2013-06-03 à 23.17.06

 

 

 

 

 

 

 

Gauche : Capture d'écran des données en 5 couleurs d'Adobe Acrobat 9.
droite : Photo de l'épreuve avec EFI Colorproof XF 4.5.7 et Epson 7900 avec Spectroproofer.

Une chose saute immédiatement aux yeux : Les fines structures de tissu et les superpositions de couleurs du fichier original se transforment en une seule surface de couleur plane dans l'épreuve, la prétendue "épreuve aux couleurs fidèles" d'un système d'épreuvage moderne ne correspond pas du tout aux données. 

Capture d'écran 2013-06-03 à 23.26.54

La pipette indique la valeur de la couleur à l'endroit du réticule : 100% HKS 37 K et 30% noir. Il ne fait aucun doute qu'une telle surface, telle qu'elle apparaît à l'écran, doit paraître nettement plus sombre qu'une surface de couleur HKS 37 K pure. Sur l'épreuve ci-dessus, aucune différence n'est cependant visible, le noir de surimpression disparaît complètement sur l'épreuve. L'épreuve n'est en aucun cas contractuelle en ce qui concerne les couleurs. Si les systèmes d'épreuvage les plus modernes échouent à ce point, il est difficile d'imaginer les résultats sur des systèmes d'épreuvage plus anciens.

Dans la documentation marketing de ses systèmes d'épreuvage, EFI résonne ainsi : "Une gestion précise des couleurs par mesure, avec une optimisation avancée des couleurs d'accompagnement et de traitement, vous permet de réaliser facilement des épreuves de qualité supérieure.ecise, prévisible et répétable preuve de contrats."

La preuve peut être "répétable", mais pas "précise" ni "prévisible".

Le problème dans l'examen final : le jury évalue généralement les épreuves des candidats sur la base des épreuves et non des données. En effet, depuis l'introduction de l'obligation d'épreuves en 2010, tous les examens finaux précédents pouvaient faire l'objet d'épreuves en couleur et étaient donc "obligatoires". Mais ce n'est plus le cas en 2013.

Dans le cas ci-dessus, l'étudiant a travaillé au mieux de ses capacités et a réalisé l'épreuve sur un système d'épreuves de pointe. Cependant, si les examinateurs ne regardent que l'épreuve lors de la notation de son examen final, ils ne peuvent ni voir ni juger de la qualité de la retouche. Et ce n'est pas parce qu'une erreur s'est glissée à un endroit quelconque. Tout simplement parce que les couleurs spéciales telles que le HKS et le Pantone ne peuvent pas être reproduites.

Vous trouverez un autre article avec des explications plus détaillées sur ce sujet ici.
Thème : "Est-il possible d'épreuver des couleurs d'accompagnement ?"

Nous pensons que cet aspect technique important de l'imprimabilité des couleurs d'accompagnement n'a pas été pris en compte lors de la création du problème, sinon le problème aurait certainement dû être posé différemment.

Nous appelons donc tous les jurys d'examen des concepteurs de médias à ne pas se baser uniquement sur l'épreuve, mais uniquement sur les données, pour évaluer la qualité de l'examen final de 2013. Sinon, la porte est ouverte à une vague de recours et de plaintes contre les notes attribuées par les commissions d'examen. Et cela n'est dans l'intérêt ni des créateurs d'épreuves à l'ONAFTS, ni des commissions d'examen, ni des candidats.

... SUPPLÉMENT ... SUPPLÉMENT ... SUPPLÉMENT ...

Pour illustrer le problème, nous avons encore une fois joint deux exemples d'épreuves. Pour l'épreuve des examens finaux en particulier, nous avons élaboré, en concertation avec des experts de notre société de conseil en systèmes et d'EFI, cinq manières différentes de prouver au mieux les données des candidats. La difficulté : ce qui est la meilleure solution pour l'éprouvette 1 est la pire solution pour l'éprouvette 2. Nous devons donc presque toujours épreuver les travaux finaux avec différentes méthodes, puis choisir visuellement et après analyse des données de l'échantillon la meilleure voie d'épreuvage pour les données de l'échantillon.

Premier exemple : construction avec HKS 37 K et dessin uniquement dans le canal noir

Capture d'écran 2013-06-03 à 23.26.54

Gauche : Capture d'écran d'Acrobat.
Au centre : Épreuve dans EFI Colorproof XF 4.5.7 avec réglage par défaut sur Epson 9900 avec Spectroproofer
droite : Épreuve dans EFI Colorproof XF 4.5.7 avec modification du réglage de surimpression pour les couleurs d'accompagnement sur Epson 9900 avec Spectroproofer

2_écran 2_efi_original 2_efi_modifié

 

 

 

 

 

Avec le réglage EFI standard au centre, tout dessin disparaît de la blouse, qui est représentée en HKS 37 K sur presque toute la surface. L'épreuve avec le réglage de surimpression modifié à l'extrême droite est très proche de l'original et serait la meilleure solution dans ce cas.

Deuxième exemple : structure avec HKS 37 K et dessin fortement en CMYK

 capture d'écran2

Gauche : Capture d'écran d'Acrobat.
Au centre : Épreuve dans EFI Colorproof XF 4.5.7 avec réglage par défaut sur Epson 9900 avec Spectroproofer
droite : Épreuve dans EFI Colorproof XF 4.5.7 avec modification du réglage de surimpression pour les couleurs d'accompagnement sur Epson 9900 avec Spectroproofer

1_écran 1_efi_original 1_efi_modifié

 

 

 

 

 

Avec le réglage EFI standard au centre, le dessin dans le chemisier est réaliste avec une tendance au cyan, ce qui se retrouve dans les valeurs du fichier. L'épreuve avec le réglage de surimpression modifié à droite semble cependant trop sombre, le dessin disparaissant presque dans le bleu foncé du tissu.

L'échantillon 1 aurait donc de la chance s'il imprimait avec les paramètres modifiés, tandis que l'échantillon 2 aurait de la chance s'il imprimait avec les paramètres de surimpression d'origine. Dans les deux cas, la prétendue "épreuve aux couleurs fidèles" ne fait pas foi, mais résulte des réglages effectués dans le logiciel d'épreuvage en combinaison avec le moteur d'impression PDF ou un interpréteur Postscript de niveau 3.cript Level3 Interpreter.

Veuillez noter que les captures d'écran et les photos de cette page n'ont pas de valeur contractuelle en termes de couleurs, mais sont destinées à être utilisées dans le cadre d'un projet. ledous ne pouvons qu'illustrer les difficultés rencontrées lors de l'épreuve du dessin du chemisier.

 

Plus d'articles sur le sujet :

8 réflexions sur "Abschlussprüfung Mediengestalter 2013: Probleme beim Proof von CMYK plus HKS 37 K"

  1. Bonjour M. Betz,

    Merci beaucoup pour votre article détaillé. Je ne comprends pas comment un tel examen final peut être organisé, ce qui rend l'évaluation du travail final pratiquement impossible.

    Il reste à espérer que de telles tâches seront évitées à l'avenir ou que les critères d'évaluation permettront une flexibilité appropriée.

    Répondre
    • Bonjour Monsieur Kornfunk,

      Cette année, l'énoncé de l'examen final pour les concepteurs de médias numériques et d'impression a certainement été malheureux pour l'évaluation de l'épreuve ; les jurys ont en partie résolu le problème en ne notant pas les parties "non obligatoires" de l'épreuve, par exemple les retouches en termes de contraste et de couleur, mais en attribuant le nombre de points maximum. Seule la typographie ou la reproduction correcte de l'énoncé ont été évaluées. Une note négative a également été attribuée si le travail n'était pas rendu en 5 couleurs avec HKS 37 K et CMYK, mais seulement en 4C, ce qui n'était parfois pas si rare. Il existait donc encore quelques critères évaluables qui permettaient une évaluation réaliste des examens finaux, sans pour autant devoir évaluer la partie "litigieuse" de l'examen. Néanmoins, et vous avez tout à fait raison, l'énoncé du problème n'était pas techniquement bien pensé en ce qui concerne l'épreuve.

      Salutations
      Matthias Betz

      Répondre
  2. Bonjour,
    une merveilleuse explication sur l'épreuve et la faisabilité.
    Nous vous en remercions.

    Mais ce que ZFA fait est complètement absurde. J'ai l'impression que les examens sont créés par un maçon quelconque. Celui ou ceux qui créent ces examens ont autant de connaissances sur ces professions qu'une grenouille.
    Il est dommage que nos apprentis soient harcelés par des personnes aussi insensées et totalement déconnectées de la réalité.

    Répondre
    • Bonjour,

      Merci pour votre réaction. Je ne serais pas aussi catégorique que vous, et je ne nie pas non plus la compétence de l'honorable profession de maçon, mais je peux comprendre votre colère concernant l'examen de cette année. Je trouve la tâche d'examen raisonnable et compréhensible, et je pense qu'elle peut être réalisée dans le temps imparti. Ma stagiaire, qui a également passé l'examen, s'est bien débrouillée avec l'énoncé.

      Néanmoins, la problématique de l'épreuve a certainement été négligée lors de l'élaboration de l'épreuve, ce qui est peut-être dû au fait qu'aucun expert en épreuves n'était présent parmi les concepteurs de l'ONAFTS ou n'a pensé à cette problématique au moment de l'élaboration de l'épreuve. Et je trouve particulièrement désagréable que les jurys d'examen aient été privés cette année, sans avertissement préalable, de l'avantage que représentait l'épreuve de l'examen final, à savoir une évaluation immédiate, visuelle et fiable de l'épreuve. Et à la place, les commissions d'examen doivent évaluer la qualité d'une retouche qu'elles ne peuvent, à mon avis, pas évaluer sur aucun support.

      Ou, pour parler clairement : Les commissions d'examen doivent évaluer quelque chose qu'elles ne peuvent pas voir. Pas dans l'épreuve, pas sur l'écran, pas dans Photoshop, pas dans Acrobat.

      Je n'ose pas prédire à quoi ressemblera une couleur 60/50/30/20 CMYK plus 100% HKS 37 K. Je n'ose pas prédire si la représentation de l'influence probablement bleuâtre-grisâtre sur HKS 37 K est meilleure que la retouche d'un autre échantillon, car je ne pense pas pouvoir voir le résultat chromatique correct de cette retouche dans Photoshop ou Acrobat, ni le voir sur l'épreuve. Et c'est une situation de départ difficile pour le travail d'un jury d'examen. Et c'est à cette critique de l'énoncé de cette année que l'ONAFTS devra faire face.

      Avec nos meilleures salutations,
      Matthias Betz

      P.S. : Je suis en train de tester le logiciel d'épreuvage le plus récent du marché, Fiery XF 5.0. La surface de fond composée de 20% HKS 37 K et 10% noir est complètement différente de celle obtenue avec EFI Colorproof XF 4.5.7. Il y a également des différences dans la couleur des parties sombres contrastées du chemisier. L'épreuve a été réalisée sur le même fichier, sur la même imprimante d'épreuves, avec le même papier et la même encre, mais le logiciel d'épreuvage était différent. La surface me semble meilleure dans Fiery, mais je pense que le chemisier est mieux rendu dans EFI, même en comparaison avec la couleur dans l'éventail HKS 3000 ... mais qu'est-ce que cela signifie mieux rendu : Je ne peux pas voir le résultat de la couleur de manière fiable dans Acrobat, avec lequel je compare mes épreuves.

      Répondre
  3. Bonjour Mme Appel,

    Je peux comprendre l'énoncé de l'examen, c'est une exigence typique pour les futurs concepteurs de médias. Je peux également comprendre la volonté d'établir une comparaison entre les impressions par le biais d'une épreuve aux couleurs définitives. Il n'y a pas si longtemps, j'ai évalué l'examen intermédiaire dans notre jury et nous avons dû nous demander si l'imprimante d'un candidat avait imprimé des rayures ou si celui-ci avait délibérément voulu donner à son épreuve un aspect "grungy". Cela ne se produit pas avec les épreuves, car elles garantissent un standard minimum et la comparabilité des résultats. Malheureusement, il n'a pas été tenu compte du fait que les couleurs spéciales ne peuvent pas faire l'objet d'une épreuve contractuelle, car il n'existe pas non plus de norme en la matière. Dans mon système d'épreuvage, une couleur d'accompagnement comme le HKS 37 K peut accéder à l'ensemble de l'espace colorimétrique du système d'épreuvage, et comme nous avons par exemple le vert et l'orange comme couleurs d'impression propres dans le système, l'espace colorimétrique est naturellement beaucoup plus grand que ISOCoatedV2. Avec un système d'épreuvage plus ancien, avec moins de tons, l'espace colorimétrique est bien sûr beaucoup plus restreint, et avec un système d'épreuvage qui convertit les couleurs d'accompagnement en CMJN, l'"épreuve" est encore une fois très différente. Et cela peut vraiment représenter un désavantage pour certains candidats lors de l'examen, ce qui n'est pas de leur responsabilité. Sans compter que le logiciel d'épreuvage donne souvent, comme le montre mon image, des résultats totalement erronés, espace colorimétrique ou pas.

    Je viens de parler au téléphone avec un collègue qui est responsable de l'épreuvage dans son entreprise et qui essaie de faire passer l'examen final à ses propres stagiaires. Il est confronté au même problème que nous : les données de ses apprentis semblent bonnes, mais l'épreuve est totalement inacceptable.

    Je lui ai donné quelques-unes de nos solutions qui nous ont permis de produire de bonnes épreuves de l'examen final et j'espère que l'une de nos solutions fonctionnera également pour lui. Mais il n'est vraiment pas possible que même les professionnels de l'épreuvage disposant de plusieurs systèmes d'épreuves ne soient pas en mesure d'épreuver correctement les travaux de leurs propres stagiaires.

    Je n'avais pas pensé au problème de l'épreuve II. Nous envoyons certes des épreuves le jour même si nous recevons les données avant 16 heures, et nous pouvons également livrer le jour même avant 9 heures... mais l'envoi coûte 35 euros et si DHL rate l'envoi, un quart de l'examen n'est pas réussi, car le module W3 avec un facteur 25 et la tâche principale avec la conception donnent ensemble un facteur 75. Vous avez raison : ce n'est certainement pas faisable pour certains candidats.

    J'ai également entendu dire que certaines chambres de commerce et d'industrie ou écoles n'exigent pas d'épreuves pour le module W3, mais seulement des impressions couleur, contrairement à la formulation écrite des tâches. C'est du moins ce que j'avais lu une fois sur un forum de la part d'une apprentie, et j'avais trouvé que c'était une solution bonne et pragmatique.

    Salutations

    Matthias Betz

    Répondre
    • Bonjour M. Betz,

      Oui, vous avez tout à fait raison de dire que c'est une bonne tâche en principe. J'ai également trouvé très intéressant que les concepteurs de médias soient confrontés au thème des couleurs d'accompagnement lors de l'examen. Je n'ai pas trouvé cela grave - en tant que graphiste, j'ai toujours été confrontée à ce problème. Ce qui m'a rendu extrêmement perplexe, c'est l'exigence d'une "épreuve couleur fidèle" dans le contexte de l'impression numérique. Comme vous l'avez très bien dit, même les professionnels ont des difficultés avec cette exigence. Et je pense que c'est un stress que l'on ne doit pas imposer aux candidats.
      Il ne fait aucun doute qu'un produit imprimé de haute qualité doit être remis. Les candidats peuvent alors se pencher sur les types de papier et les éventuelles techniques de finition.
      Pour l'épreuve II, j'ai tout de même obtenu que les candidats ne soient tenus de fournir "qu'une" impression numérique de haute qualité, et non une épreuve couleur. J'ai également obtenu l'assurance que l'impression et les données sur CD des candidats seraient évaluées.

      Il reste à espérer que votre article et les commentaires que vous pourriez formuler susciteront une réflexion et seront revus en fonction des exigences d'impression.
      Il est certain qu'une impression sur une simple "imprimante à jet d'encre domestique" en guise de copie d'examen doit être mûrement réfléchie. Mais une déclaration telle que "une impression numérique de haute qualité" simplifierait les choses et délimiterait une plage de résultats tout à fait acceptable.

      Je suis très heureux de voir que vous abordez de tels sujets de manière aussi approfondie et objective - Mon apprentie a été très aidée et rassurée par le fait que j'ai pu lui montrer que le problème était reconnu et que le jury d'examen avait également été interpellé par moi sur cette problématique.

      Amitiés,
      Jessica Appel

      Répondre
  4. Bonjour Monsieur Betz, merci pour vos commentaires qualifiés.
    Malheureusement, ce genre d'énoncés sans rapport avec la pratique se retrouve souvent dans les épreuves d'examen. Je suis membre du jury d'examen de la Chambre de commerce et d'industrie de Trèves depuis plus de 25 ans et j'ai à de nombreuses reprises adressé des commentaires à l'ONAFTS pour qu'il les fasse valoir - sans succès. Vous devriez mettre votre expérience au service de ce comité.
    Sincèrement, Jan Eiring ( compagnon d'infortune )

    Répondre
  5. Bonjour M. Betz,

    Le problème de l'examen final de cette année est enfin reconnu et présenté de manière critique mais objective ! Je suis moi-même formatrice d'un candidat à l'examen de cette année et j'ai été horrifiée et me suis interrogée sur le sens et la pertinence de cet énoncé.
    Ce qui complique les choses - ce que votre article ne mentionne malheureusement pas - c'est que tous les imprimeurs ne peuvent pas produire une épreuve aux couleurs exactes en si peu de temps. Par exemple, nous sommes une maison d'édition qui imprime des journaux 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. C'est un travail énorme, sans parler des coûts liés à l'arrêt des travaux d'impression existants pour une seule épreuve. Le problème des couleurs d'accompagnement est parfaitement décrit. Je me demande si les compétences professionnelles de l'ONAFTS sont suffisantes.

    Dans l'épreuve II, pour laquelle 2 heures sont prévues, une épreuve numérique en couleur doit également être réalisée en quelques heures. J'ai immédiatement déposé une plainte auprès du jury. Est-il nécessaire de soumettre les candidats à un tel stress supplémentaire ? Une impression numérique de haute qualité est tout à fait suffisante et proportionnée pour un examen.

    Merci encore pour cet article exceptionnel !
    Jessica Appel

    Répondre

Laissez un commentaire

Consentement au cookie GDPR avec bannière Real Cookie